Fet Malbar ( Ceremonie Tamoule)
     

Fet Malbar ( Ceremonie Tamoule)

« Fet malbar » (cérémonie tamoule en créole Réunionnais )
Sur l’île de la Réunion ont lieu chaque année les « marches sur le feu ». Durant ces cérémonies les membres de la communauté hindoue réunionnaise ( appelés «Malbar») manifestent aux hommes et aux dieux que, muent par la piété d’un voeux exaucé ou à exaucer, ils peuvent transcender la brûlure du feu en marchant sur un tapis de braises de plusieurs mètres.
De passage sur mon île natale j’ai sollicité une famille responsable d’une chapelle rurale pour pouvoir assister aux différents rites qui précèdent et suivent le passage du brasier. En effet si l’étape -spectaculaire- de la traversée se tient devant un public d’invités, d’autres éléments cérémoniels, à d’autres moments et dans d’autres lieux que l’enceinte du brasier (la plage , la route...), restent en revanche systématiquement invisibles, n’étant ni populaires ni faciles d’accès. C’est pourtant avec l’ensemble du déroulement des rites, bien plus large que le seul climax de la marche à proprement parlé, que se joue et se montre l’investissement des différents membres de la communauté dans la célébration religieuse. C’est là que se dessinent les territoires, réels et imaginaires, qui expriment l’identité et la cohésion de cette communauté au sein du grand brassage ethnique et religieux dont l’île est le creuset. Une géographie intérieure, ses lignes et ses frontières, celles qui sont établies, celles qui sont transcendées. S’y croisent entre autre les distances historique et géographique depuis l’Inde - les visages du métissage-, les contours symboliques du mythe qui puise aux sources de l’épopée classique du Mahâbhârata, et surtout, au plus intime, le territoire galvanisé par la piété, capable d’endiguer la peur, la douleur, voire même la seule possibilité d’être brûlé (généralement les « marcheurs » n’ont pas de traces de brûlures malgré la température du brasier).
Avec cette série j’ai choisie de privilégier l’angle « anthropologique » inspiré par la phénoménologie, soit l'étude de phénomènes dont la structure se fonde sur la mise en évidence directe de l’expérience vécue par un sujet. J’ai souhaité rendre compte de détails habituellement hors-champ. En souligner la dramaturgie, avec notamment l’utilisation du noir et blanc, de cadrages souvent serrés et de flous, propres à témoigner de cet état d’«entre deux mondes », à la limite de la transe, vécu par les pénitents.